Flipote

Flipote, c’était ma Mamie, Françoise Giojuzza. Elle écrivait des poèmes pour son plaisir, qu’elle publiait les dernières années de sa vie sur un site communautaire de poésie qu’elle avait découvert, Ice Tea & Fluminis poèmes. Au fil du temps, elle s’était fait des amis sur ce site, des amis proches, avec qui elle échangeait sur la poésie et plein d’autres sujets.

Quelques mois après sa mort, j’ai entrepris d’éditer ses poèmes sur un nouveau site, afin d’avoir une typographie plus claire, et de supprimer les poèmes en double et ceux dont elle n’était pas l’auteur — mais qu’elle récitait de mémoire à l’attention de ses amis d’Internet — tout en laissant intacts les poèmes originaux sur le forum. Voici l’intégralité de sa prolifique production connue.

Toile représentant Françoise Giojuzza, alias Flipote. On peut lirela signature de l’auteur : Jean Dreux, 1976

Milliards

C’est de l’humour, rien d’autre

Ou sont donc passés les milliards ?
Connaissez vous le pot-aux-roses ?
Informez-moi donc sans retard
Que j’aie le fin mot de la chose !

Car je dois dire c’est là le « hic »
Leurs valeurs et leurs placements,
Moi, vraiment, n’y comprends que pouic
Ce n’est guère mon élément !

Puisque la banque, apparemment,
Ne semble pas en faire un drame
C’est qu’elle est riche, indécemment
Et cela pousse au mélodrame !

Car savez-vous, messieurs, mesdames,
En cas de pénurie létale,
J’irai braquer, sans états d’âme,
La Société Générale

Minuscule petite

Accrochée à mon PC
Sur le haut de l’écran ouvert
J’ai vu descendre une araignée
La bestiole la plus minuscule
Petitesse quasi ridicule
N’en croyant pas mes yeux charmés

Ell’ fabriquait son fil subtil
En descendant, se balançant,
Une visite, hors du temps !

Créature dont je ne soupçonnais
Ni la petitesse ni la grâce
Et, ne laissant ni vie ni trace
L’temps d’un soupir, me fut ôtée
M’laissant un drôl’ de p’tit regret

J’aurais bien voulu la revoir
C’te petite araignée du soir
C’te petit’ porteuse d’espoir
Plus petit’ qu’un grain de beauté
Descendant le long d’mon PC !

Mise en garde de la Mémé

J’ai aimé un garnement
Qui ne valait pas un clou
Aujourd’hui,je m’en repens
Je n’en donnerais pas un sou !

Cette histoire est du vieux temps
Ne fais pas, ainsi ma fille !
On peut vivre sans amant
Sans s’mettr’ le cœur en guenille

Je vois bien que j’perds mon temps
J’perds mon temps et ma salive !
T’en feras bien tout autant
On n’enferme pas l’eau vive

T’iras gaspiller ton cœur !
C’est toujours la mêm’ chanson
On court faire son malheur
Chaque année chaque saison

Depuis que le pauvre monde
Vire vire et vagabonde

Missive tardive

Je t’aimai une semaine
Belle petite Manon
Je t’aimai une semaine
Puis, je repartis au front !

C’était au temps de la guerre
On faisait n’importe quoi
Un peu de bonheur sur terre
Sans morale ni sans loi

Avec toi fus si heureux
Que le jour où je partis
Je coupai quelques cheveux
Sur ton front, belle endormie

Je n’osai pas revenir
Après l’horreur de ces temps
Malgré le doux souvenir
J’avais peur de tes parents !

Car on est des fois bien lâche
Quand on a que dix huit ans
On a beau fair’ le bravache
On est encor qu’un enfant !

Mais malgré le temps passé
Ce jour, presque la sizaine
Sur mon cœur il est resté
La jolie boucle châtaine

Modification abusive

Nous apprenions Hugo au lycée (merci nos merveilleux profs !). Deux vers qui surnagent extraits de L’Arbre de la liberté :

« Et nous nous réveillerons, pour baiser sa racine
Du fond de nos tombeaux »

Nos copains, petits mâles, modifiaient tout bas ce vers :

« Et nous nous réveillerons, pour baiser la voisine
Du fond de nos tombeaux »

Mon beau navire

Dédié à Bolero, qui aime bien les alexandrins, bien nets

Rendez moi mon Trois-mâts de la Rose des vents
Le beau navire usé à la voile magique
Qui n’aborde jamais aux quatre continents
Ne frôle ni Ceylan, ni Java, ni l’Afrique

Un sort lui interdit de pénétrer la rade
Il ne s’y poserait qu’au risque de la mort
Sumatra, Bornéo, la belle Désirade
Seront toujours pour lui l’inaccessible port

C’est le vaisseau fantôme des folles errances
La coque ensorcelée qui ne va nulle part
La sirène de proue dépourvue d’espérance
Et prête à chaque instant pour un nouveau départ

Ce voilier n’est pas pour les terres lointaines et le commerce, mais pour l’odeur des vagues, les embruns salés et iodés, et l’odeur de la liberté.

Mon cher mustang

Petit mustang,
Crache le feu par tes naseaux
Galope au vent
Dans Landernau

Petit cheval, si vif, si noir
Brûle la lande sous tes sabots
Crache ton souffle jusqu’au soir
Sous mes deux cuisses en ciseaux

Laisse-moi étreindre ton cou
Et flatter ta folle crinière,
Non, nous n’avons pas peur du loup
Ni de longer le cimetière,

C’est si bon de vagabonder
Sous la lune, ne faisant qu’un
De sentir ton sang irriguer
Ta chair vivante, oh ! combien

Sentir battre ton noble cœur
Dedans ton étroite poitrine
Hennit, hennit n’aie jamais peur
Tu sais ça : je suis ta cousine

Qui donc saurait, sauf toi et moi
La parenté qui nous unit
La lune et le vent, eux y croient
Galopons dur toute la nuit

Car toi et moi, roi des chevaux
Sommes plus proches que jumeaux

Mon grenier

Mon grenier, mon grenier
Je n’ai plus rien à y faire,
Mon grenier, mon grenier,
Je n’y monte plus guère…

Et pourtant rien de louche :
On y voit un berceau
Offert par un manouche
Contre une offrande d’eau*

Charmant berceau d’osier
Qui fut tant balancé
Charmant d’eau d’osier
De mon gars trépassé…

On y voit coffre lourd,
Dedans, robe de mariée
Une larme me sourd,
Si j’vais la caresser.

C’est l’odeur du bonheur
C’est l’odeur des années,
Des battements de cœur,
D’une belle journée…

Des cahiers manuscrits
Musiques de mon père,
Violoncelle chéri
Debout dans la poussière.

Sèche cire de ma ruche
De longtemps disparus…
Un gros ours en peluche
Un’ frimousse ambiguë

Sur une toile peinte
D’une aïeule lointaine :
Toute une vie éteinte
Au fond de la Touraine.

Dormez dormez Joujoux
Souvenirs de Noël
Brillez brillez Bijoux
Cadeaux tombés du ciel.

Tissez les araignées
Les années se débinent
Nous voici fatigués
Nos forces se déclinent

Il est déjà minuit,
Entends : la cloche sonne !
Dors bien dans ton étui
Mon cher vieux saxophone**…

* Dans ce village passaient les gitans tous les ans. J’avais même leurs enfants à l’école pendant quelques jours. À l’époque, il n’y avait pas de point d’eau autour des roulottes. Et ils m’avaient demandé de s’approvisionner dans la cour de l’école.
** Depuis longtemps je ne sais plus en jouer. Par la suite vers la cinquantaine, j’ai appris la flûte traversière et la quéna : c’est à dire la flûte indienne, enseignée par l’argentin Una Ramos (voir youtube si vous voulez). Souvenirs souvenirs !